Une maison qui s’affaisse : que faut-il en savoir ?

Vous êtes propriétaire ou locataire d’une maison et d’un jour à l’autre vous constatez que les portes et fenêtres ne se ferment plus ou se ferment mal ? Il y a des fissures qui apparaissent sur les murs à l’intérieur ou même à l’extérieur ? Il s’agit certainement d’un cas d’affaissement de votre maison. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène et des solutions existent pour remédier à ce problème.

 

Les raisons de l’affaissement d’une maison

 

L’affaissement d’une maison dépend de plusieurs raisons. Même si ces dernières sont très répandues, peu de personnes les prennent en considération.Quels sont les signes précurseurs d’une maison qui s’affaisse ?  La nature du sol est le premier élément qui peut vous indiquer que votre maison s’affaisse. Par exemple, lorsque le sol remblayé est mal compacté ou le sol hétérogène, la construction peut s’affaisser sous son propre poids.
Les conditions climatiques peuvent aussi être à la base de l’affaissement d’une maison construite sur des sols argileux. Au nombre des conditions climatiques responsables l’on peut citer l’alternance d’épisodes pluvieux suivis de sécheresse qui entrainent des mouvements du terrain c’est-à-dire problème du retrait, gonflement des argiles gonflantes. Il peut aussi s’agir de l’état de la nappe phréatique, de la stabilité du sol, de la réalisation d’un drainage sur les terrains environnants etc.

Quelques solutions pour remédier au problème de l’affaissement d’une maison

 

Les solutions dépendent de la nature de la maison, qu’elle soit neuve ou ancienne. Dans les deux cas, vous avez intérêt à vous faire assister par un expert indépendant. Aussi, est-il nécessaire de faire appel à votre assurance habitation. Surtout en ce qui concerne les vices qui sont antérieurs à votre intégration dans la maison et qui affectent gravement celle-ci mais dont vous n’aviez pas connaissance. Il importe aussi de détecter la cause de l’affaissement afin de pouvoir faire jouer la garantie de parfait achèvement pour ce qu’il en est des malfaçons, quel que soit leur importance et leur nature.